L’achat d’une maison peut être un défi pour une personne qui en est à sa première expérience. Après tout, il y a tellement d’étapes, de tâches et d’exigences, et vous pouvez avoir peur de faire une erreur coûteuse. Vous avez besoin d’un prêt hypothécaire pour faire aboutir votre projet ? Un clic sur le lien pour en savoir plus ! Les acheteurs d’une première maison bénéficient de certains avantages spéciaux créés pour encourager les nouveaux venus sur le marché immobilier.

Guide de l’acheteur d’une première maison

Pour démystifier le processus et vous permettre de tirer le meilleur parti de votre achat, voici un récapitulatif de ce que vous devez prendre en compte avant d’acheter et de ce à quoi vous pouvez vous attendre au cours du processus d’achat lui-même, ainsi que des conseils pour vous faciliter la vie après l’achat de votre première maison.

Avantages de l’achat d’une première maison

L’achat d’une maison est toujours considéré comme un aspect essentiel du rêve Suisse . En tant que primo-accédant, vous avez accès à des programmes gouvernementaux, à des allégements fiscaux et à des prêts garantis par le gouvernement fédéral si vous ne disposez pas de la mise de fonds minimale habituelle – à savoir 20 % du prix d’achat pour un prêt conventionnel – ou si vous êtes membre d’un certain groupe. Et vous pouvez être qualifié de primo-accédant même si vous n’êtes pas un novice.

Qualités requises pour les acheteurs d’une première maison

Selon le ministère Suisse  du logement et du développement urbain , un acheteur d’une première maison est une personne qui remplit l’une des conditions suivantes  Une personne qui n’a pas été propriétaire d’une résidence principale depuis trois ans. Si vous avez été propriétaire d’une maison mais que votre conjoint ne l’a pas été, vous pouvez alors acheter un logement ensemble en tant qu’acheteurs d’une première maison. Un parent célibataire qui n’a été propriétaire d’une maison qu’avec un ancien conjoint pendant son mariage.

Une personne au foyer déplacée qui n’a été propriétaire d’une maison qu’avec son conjoint.

Un individu qui a seulement été propriétaire d’une résidence principale qui n’est pas fixée de façon permanente à une fondation permanente conformément aux règlements applicables.

Une personne qui n’a possédé qu’une propriété qui n’était pas conforme aux codes de construction du caton, locaux ou modèles, et qui ne peut être mise en conformité pour un coût inférieur à celui de la construction d’une structure permanente.

Questions à se poser avant d’acheter

La première étape consiste à déterminer quels sont vos objectifs à long terme et comment l’accession à la propriété s’inscrit dans ces objectifs. Peut-être cherchez-vous simplement à transformer tous ces loyers « gaspillés » en versements hypothécaires qui vous donnent quelque chose de tangible : un capital. Ou peut-être voyez-vous l’accession à la propriété comme un signe d’indépendance et appréciez-vous l’idée d’être votre propre propriétaire. De plus, l’achat d’une maison peut être un bon investissement. Le fait de préciser vos objectifs généraux en matière d’accession à la propriété vous mettra sur la bonne voie. Voici des questions à considérer :

Quelle est votre santé financière ?

Avant de cliquer sur des pages d’annonces en ligne ou de tomber amoureux de la maison de vos rêves, faites un audit sérieux de vos finances. Vous devez être prêt à faire face à la fois à l’achat et aux dépenses courantes d’une maison. Le résultat de cette vérification vous indiquera si vous êtes prêt à faire ce grand pas ou si vous devez en faire plus pour vous préparer. Suivez les étapes suivantes :

Examinez votre épargne.

N’envisagez même pas d’acheter une maison avant d’avoir un compte d’épargne d’urgence couvrant de trois à six mois de dépenses courantes. Lorsque vous achetez une maison, vous devez faire face à des coûts initiaux considérables, notamment le versement initial et les frais de clôture. Vous devez mettre de l’argent de côté non seulement pour ces coûts, mais aussi pour votre fonds d’urgence. Les prêteurs l’exigeront.

L’un des plus grands défis consiste à conserver votre épargne dans un véhicule accessible, relativement sûr et offrant un rendement qui vous permette de suivre l’inflation. Si vous avez un à trois ans pour atteindre votre objectif, un certificat de dépôt (CD) peut être un bon choix. Il ne vous rendra pas riche, mais vous ne perdrez pas d’argent non plus (à moins que vous ne soyez frappé d’une pénalité pour encaissement anticipé). La même idée peut s’appliquer à l’achat d’une obligation à court terme ou d’un portefeuille à revenu fixe qui non seulement vous apportera une certaine croissance, mais vous protégera également contre la nature tumultueuse des marchés boursiers. Si vous disposez de six mois à un an, gardez l’argent liquide. Un compte d’épargne à haut rendement pourrait être la meilleure option. Assurez-vous qu’il est assuré par le gouvernement gouvernemental (la plupart des banques le sont), de sorte que si la banque fait faillite, vous aurez toujours accès à votre argent jusqu’à 250 000 CHF.

Examinez vos dépenses.

Vous devez savoir exactement combien vous dépensez chaque mois – et où va cet argent. Ce calcul vous indiquera le montant que vous pouvez allouer à un paiement hypothécaire.

Assurez-vous de tout prendre en compte :

  • Les services publics,
  • La nourriture,
  • L’entretien
  • Les paiements de la voiture,
  • Les dettes d’études,
  • Les vêtements,
  • Les activités des enfants,
  • Les divertissements,
  • L’épargne-retraite,
  • L’épargne régulière
  • Les éléments divers.

Vérifiez votre crédit.

En général, pour obtenir un prêt immobilier, vous devez avoir un bon crédit, payer vos factures à temps et avoir un ratio dette/revenu (DTI) maximal de 43 %. De nos jours, les prêteurs préfèrent généralement limiter les dépenses de logement (capital, intérêts, taxes et assurance du propriétaire) à environ 30 % du revenu mensuel brut de l’emprunteur, bien que ce chiffre puisse varier considérablement en fonction du marché immobilier local.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.