Il existe différents types d’implants mammaires. Ils peuvent avoir des formes, des tailles et d’autres paramètres différents. Des matériaux traditionnels et innovants sont utilisés pour leur production. Types d’implants mammaires !

Il est utile de comprendre leurs différences et leurs caractéristiques afin de choisir les bonnes endoprothèses pour une mammoplastie.

Quelles sont les différentes formes d’implants mammaires ?

Les implants mammaires peuvent être divisés en deux catégories : les implants ronds et les implants en forme de goutte. Chacune a son propre objectif et ses propres caractéristiques qu’il est important de prendre en compte pour choisir la bonne.

Implants circulaires

Les implants ronds sont fabriqués sous forme d’hémisphères. Leur point culminant se trouve au centre. La principale caractéristique de ces implants est qu’ils augmentent le volume du pôle supérieur de la glande mammaire et créent ainsi un effet push-up. L’avantage des endoprothèses hémisphériques est qu’elles ne présentent aucun défaut esthétique lors de leur rotation. Si la taille est correctement choisie, elles semblent harmonieuses et naturelles. Les implants circulaires restaurent le volume et la forme perdus des seins. Elles sont utilisées pour corriger l’affaissement, l’asymétrie ou en cas de désir d’agrandir la poitrine en plusieurs tailles.

Implants de gouttelettes

Les implants en forme de goutte sont également appelés anatomiques. Ils épousent la forme naturelle de la poitrine d’une femme. La majeure partie du volume est concentrée dans la partie inférieure. Les implants en forme de goutte ont un aspect naturel, ils conviennent pour éliminer une légère ptose (gonflement des seins) et non pour en augmenter la taille. Cette option est préférable pour les filles minces qui ont une petite couche de graisse sous-cutanée, ainsi que pour celles qui veulent rendre les seins « tremplins ». Le principal inconvénient de la forme en goutte d’eau est que lorsque l’implant est tourné, les défauts sont visibles. Dans de tels cas, une réendoprothèse (mammoplastie de reprise) est nécessaire. Ne convient pas aux athlètes qui ont une charge accrue sur la ceinture du bras, et même des blessures mineures sont possibles.

Types d’implants en fonction du matériau d’obturation

Il existe différents types d’implants mammaires en fonction du matériau de remplissage :

Saline.

Ils sont remplis de solution saline. Comme cette substance contient la même quantité de chlorure de sodium que le sang et la lymphe, elle est sans danger pour l’organisme. Même s’il est accidentellement endommagé ou s’il fuit, il ne provoque pas de complications ou d’effets secondaires. La particularité des implants mammaires salins est qu’ils sont insérés par une petite incision puis remplis de sérum physiologique. Ils sont rarement utilisés aujourd’hui, car ils peuvent perdre du volume avec le temps. Plus souvent utilisé sous la forme d’implants temporaires, lorsque l’on veut étirer et préparer le muscle à l’installation d’endoprothèses permanentes.

Les implants en silicone.

Le matériau de remplissage est un gel de silicone cohésif. Ce matériau est utilisé depuis longtemps en mammoplastie et est bien étudié. Les implants sont produits en gel de basse, moyenne et haute densité. Les avantages indéniables sont le caractère naturel de la sensation haptique, l’esthétique. Le gel ne migre pas vers d’autres parties du corps si la prothèse est endommagée. Le principal inconvénient des prothèses en silicone est la nécessité d’incisions importantes lors de l’insertion. Si l’implant est endommagé, cela ne se voit pas. Une imagerie par résonance magnétique du sein permettra de détecter les lésions.

Hydrogel.

L’hydrogel est également appelé bio-implant car il se désintègre en substances inoffensives si l’enveloppe est endommagée. Les implants en hydrogel présentent de bons paramètres esthétiques et une élasticité similaire à celle du tissu mammaire naturel. Ils ne provoquent pas de contracture (croissance et épaississement des tissus autour de la prothèse). Ils sont chers, mais ils perdent leur forme et rétrécissent avec le temps. Parmi les inconvénients, citons l’absence de certification de la FDA, car l’hydrogel n’a pas été suffisamment étudié.

Silicate.

Ils sont composés d’un gel et de billes de silicate. Le principal avantage de ces prothèses mammaires est qu’elles ont un faible poids et n’augmentent donc pas la charge sur la colonne vertébrale. Ils sont choisis pour leur forme naturelle. Leur utilisation est récente et ils n’ont donc pas encore été étudiés à fond. Les éventuels effets secondaires à long terme restent inconnus.

Types d’implants en fonction de l’enveloppe

Certains fabricants fabriquent des implants mammaires avec une gaine en polyuréthane. Un nouveau développement qui devient de plus en plus populaire est la coquille nano-texturée. Il présente une surface mate et une texture douce. L’implant à l’enveloppe nano-texturée ne s’incruste pas dans les tissus et l’implant s’enfonce sensiblement dans le temps, ce qui est prévu par le chirurgien. Il est recommandé d’insérer ces endoprothèses dans des tissus denses.

Types de surfaces d’implants

Les implants mammaires sont disponibles avec des surfaces lisses ou rugueuses. Les implants à texture lisse sont doux et confortables au toucher, mais ils sont considérés comme présentant un taux plus élevé de contracture capsulaire (croissance excessive du tissu fibreux autour de l’implant) en raison de leur mobilité. Cela peut entraîner une déformation de la prothèse et du sein. Si des défauts esthétiques apparaissent, une seconde mammoplastie est nécessaire. Il n’est pas possible de corriger la déformation avec des méthodes non chirurgicales. Voir ce site https://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/chirurgie-des-seins/augmentation-mammaire-geneve/ tenu par une clinique spécialiste en augmentation mammaire sur Genève

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.