La culture du chanvre industriel pour la production de CBD suscite beaucoup d’intérêt, surtout depuis que le chanvre a été légalisé dans la convention agricole  de 2019. Jetez un œil à certains de mes articles précédents concernant les risques et récompenses potentiels sur le marché du CBD, ainsi que les considérations agronomiques pour une production de chanvre industriel réussie.

Comment récolter et sécher le chanvre pour la production de CBD ?

La récolte du chanvre est une étape critique pour la production de CBD. La présence de moisissures et de mildious diminuera la valeur de la biomasse florale de chanvre ; une récolte en temps voulu est donc essentielle. Il existe des indices visuels sur le bourgeon de chanvre que les cultivateurs doivent surveiller. Lorsque les trichomes du bouton de chanvre passent du blanc au blanc laiteux, il est peut-être temps de récolter. Des tests hebdomadaires de la teneur en CBD peuvent informer le cultivateur du moment où il doit commencer la récolte.

Ces tests s’ajoutent aux tests de THC exigés par le ministère de l’Agriculture. Bien que certains des tests pour le CBD, les cannabinoïdes, les terpènes, les résidus de pesticides, les moisissures et les métaux lourds puissent coûter jusqu’à 300 euros, le retour sur investissement peut être important. Par exemple, si 400 kilos  de biomasse sont récoltées sur un acre, la différence entre une récolte à 6% de CBD et une récolte à 7% de CBD équivaut à 10 kilos  d’huile de CBD. Le prix actuel de l’huile de CBD est de 5 € par gramme.

Avec 454 grammes par livre, un écart de 1 % de la teneur en CBD sur une acre peut représenter une différence de 20 000 € de la valeur de la récolte. Les producteurs doivent effectuer des tests fréquents pour prendre la bonne décision concernant le moment de la récolte. La météo sera également un facteur clé pour déterminer le moment de la récolte. La période de récolte du chanvre coïncide avec la saison des ouragans. Les producteurs auront plus de facilité à sécher et à traiter leur biomasse florale de chanvre s’ils peuvent l’apporter avant l’arrivée d’une tempête. C’est à cette époque qu’une main-d’œuvre adéquate est cruciale. La grande majorité des producteurs de chanvre pour le marché du CBD comptent sur la main-d’œuvre pour couper la tige (la machette est l’outil de choix actuel) et charger la biomasse. Cela demande beaucoup de temps et d’efforts physiques. On a entendu des rapports de producteurs qui avaient une excellente récolte de biomasse florale de chanvre mais qui ont subi des pertes massives parce qu’ils n’ont pas pu la récolter à temps (leur équipe de récolte de deux personnes n’était pas adéquate).

L’importance de mesurer les besoins en main d’œuvre

C’ est une des raisons pour lesquelles on recommande aux producteurs de chanvre de première année destinés au marché du CBD de commencer avec 1 acre ou moins. Les producteurs doivent tenir compte du nombre d’heures de travail des hommes et des femmes nécessaires à la récolte. L’utilisation d’outils bien aiguisés pendant la récolte permet également d’économiser du temps et des efforts. Séchage et séchage du chanvre La biomasse de chanvre est obtenue en déchiquetant la plante entière de chanvre. Cette biomasse est de faible qualité et bénéficiera d’un prix réduit.

Une fois le chanvre récolté, les cultivateurs doivent immédiatement déplacer la biomasse florale vers l’installation de séchage. Il peut s’agir d’une simple structure comme une grange. L’installation doit être sous le toit, à l’abri de la lumière directe du soleil, et bien ventilée. Les cultivateurs doivent installer plusieurs ventilateurs et les faire souffler en permanence. Une ventilation importante est cruciale ! Les températures idéales pour le séchage et la maturation sont de 60 à 70 degrés F à 60 % d’humidité.

L’importance des transformateurs

Certains transformateurs disent que les producteurs de chanvre ne doivent pas sécher leur biomasse florale aux mêmes températures que le tabac séché par la grippe. Ces températures sont trop élevées et assèchent le chanvre trop rapidement. Un séchage lent avec un flux d’air élevé fera sécher le chanvre, produira un produit final de meilleure qualité (meilleur spectre de cannabinoïdes et de terpènes), et rapportera un prix plus élevé. Il est difficile d’estimer la superficie de l’espace de séchage nécessaire par plante. En utilisant un tabac séché à la grippe de 800 pieds carrés, un cultivateur a pu sécher la valeur d’un acre de plantes (environ 1350 plantes) en 3 jours. Un autre cultivateur a pu sécher environ 1,5 acre de chanvre (le nombre de plantes n’est pas précisé) dans une grange de 2 500 pieds carrés. Suspendre des plantes entières à l’envers sur des fils dans la grange de séchage est une pratique courante. Malheureusement, au fur et à mesure que ces plantes sèchent, les branches tombent en formant un parapluie fermé. Cette forme de parapluie fermé entraîne une diminution du flux d’air vers le centre de la plante de chanvre. Ainsi, plus de moisissure et de mildiou se développeront dans cette partie centrale. Nous conseillons aux producteurs de casser les branches individuelles de la plante de chanvre et de suspendre les branches sur le fil de séchage, pas les plantes entières. Cette étape demande plus de travail, mais elle permet de minimiser la moisissure et le mildiou.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code